Burger King qui mange Quick : la CFDT anticipe et pose trois points de vigilance

Burger King qui mange Quick : la CFDT anticipe et pose trois points de vigilance

Burger King France n’a pas attendu très longtemps avant de dévoiler sa stratégie pour concurrencer les enseignes de la restauration rapide. Le groupe Bertrand, actionnaire majoritaire, fait dans le radical et se prépare à croquer les 400 restaurants Quick France.

Mais à quelle sauce seront mangés les 4900 salariés (hors franchisés) de l’enseigne ?

La CFDT, qui est deuxième organisation syndicale chez Quick, anticipe et pose déjà trois points de vigilance :

  1. Quelles conséquences sur l’emploi ?

Par expérience, la CFDT sait que les fonctions support des sièges sociaux sont toujours en première ligne lors des cessions d’entreprise. La CFDT sera particulièrement vigilante pour les salariés du siège social de Quick. Cela même si Burger King affiche son intention d’embaucher 4 000 personnes.

  1. Quel impact sur les instances représentatives et les accords d’entreprise ?

Le passage progressif des restaurants Quick vers Burger King appelle à toute notre attention, notamment en ce qui concerne l’application des accords d’entreprise existants et les conditions de négociation pour les faire évoluer.

  1. Quelles garanties et quelles conditions de travail pour les salariés ?

Les salariés de Quick devront passer dans le moule Burger King avec, très probablement, de nouvelles procédures à maîtriser et une nouvelle organisation du travail à vivre.

Pour le moment, nous n’avons pas de vue sur les intentions sociales du groupe Bertrand mais la CFDT anticipe. Elle s’organise avec l’équipe CFDT Quick pour une action de veille auprès des salariés.

La CFDT-Services se prépare également à solliciter une rencontre bilatérale avec les dirigeants de Burger King et de Quick.

En attendant cette rencontre, rien de tel que les retours du terrain pour évaluer la santé sociale d’une entreprise …

Tous les droits de reproduction sont réservés.
Syndicat CFDT des Services Basse-Normandie - rue des fréres lumiéres - bureau 25 - 14120 Mondeville (tél. : 06.50.85.16.83)