Tourisme social : qui de mieux qu'un militant CFDT pour nous en parler ?

Tourisme social : qui de mieux qu'un militant CFDT pour nous en parler ?

CFDT Services -Avez-vous recours aux travailleurs saisonniers pour gérer les pics d’activités ?

Patrick –Enormément puisqu’ils représentent en moyenne 80% de l’effectif. On essaie au maximum de les aider. L’été, les profils des saisonniers sont différents, ce sont surtout des étudiants. Cette population est globalement plus calme, plus établie. L’hiver, les saisonniers ont des parcours plus divers et souvent chaotiques. Beaucoup d’écorchés vifs, souvent très volontaires au début mais qu’il faut aider à persévérer par la suite. 30% d’entre eux reviennent l’année suivante. Dans l’échelle sociale, on peut dire que le tourisme social donne plus de chance aux salariés. Ce type de relations est très enrichissant.

CFDT Services -Est-ce que tourisme social rime avec CFDT ?

Patrick –Si on se réfère aux dernières élections, absolument ! Puisque la CFDT a été très majoritairement reconnue à 80,35%... Un juste retour d’une dynamique de développement et d’un syndicalisme qui prend le temps de la réflexion et du dialogue.

Le tourisme social ne date pas d’hier…

1936 : instauration des congés payés, un acquis fondamental pour la démocratisation des vacances. Deux semaines de vacances, mais en plus payées… une vraie révolution !

1946 :le Conseil national de la Résistance donne naissance aux Comités d’entreprise et aux Caisses d’allocations familiales avec des rôles essentiels dans le développement d’un tourisme accessible au plus grand nombre.

1979 :création de la convention collective du tourisme social et familial.

1982 :instauration de la cinquième semaine de congés payés dont l’un des principaux objectifs est la démocratisation des vacances de sports d’hiver et la création de l’Agence nationale pour les chèques vacances.

Repères :

Les valeurs du tourisme social

Sa vocation est de permettre à chacun de partir en vacances et de pratiquer des activités de loisirs. Il vise à rendre effectif le « droit aux vacances », et l’accessibilité du tourisme à tous : les jeunes, les familles, les retraités, les personnes aux revenus modestes, les personnes à capacité physique restreinte, etc.

Le tourisme social est porté par des acteurs associatifs, coopératifs ou mutualistes.

L’ambition du tourisme social est de :

vdéfendre un principe de gestion désintéressée avec une lucrativité nulle, limitée ou encadrée, et de privilégier le réinvestissement et non la rémunération du capital,

vpratiquer une politique tarifaire engagée, avec notamment la prise en compte du quotient familial,

vpromouvoir un management étique en plaçant l’homme au cœur de l’organisation,

vproposer une offre de qualité,

vcontribuer au développement local et la valorisation du territoire.

Continuons à défendre le « droit aux vacances » !

Alors que depuis les années 1950, le taux de départ en vacances était en progression constante, depuis les années 1990 il ne cesse de diminuer ! Les classes populaires sont le plus fortement touchées mais également les classes moyennes, en voie de paupérisation.

Plus on monte dans l’échelle sociale, plus on a de chance de partir en vacances : à peine plus de 40% des ouvriers partent en congés contre 70% des cadres supérieurs.

En 2010, 47% de la population n’est pas partie en vacances. La moitié d’entre elles n’en avaient pas les moyens financiers. Pas étonnant au regard du prix d’une semaine de location qui équivaut à la moitié d’un SMIC.

Tous les droits de reproduction sont réservés.
Syndicat CFDT des Services Basse-Normandie - rue des fréres lumiéres - bureau 25 - 14120 Mondeville (tél. : 06.50.85.16.83)