Précarité et bas salaires dans la prévention sécurité : les offres d’emploi non pourvues sont en augmentation

Précarité et bas salaires dans la prévention sécurité : les offres d’emploi non pourvues sont en augmentation

Les entreprises de sécurité privée ont des difficultés de recrutement, principalement à cause des salaires jugés trop bas.

Dans la branche et dans les entreprises de prévention sécurité, les négociations sont très difficiles et ne permettent pas de rendre le secteur plus attractif.

La dernière revalorisation des minima conventionnels n’est toujours pas satisfaisante car le premier niveau de la grille conventionnelle reste en dessous du SMIC, soit à 1 439,30 €/mois. La CFTC, l’UNSA et la CGC ont signé malgré tout.

16 % des effectifs de la branche sont concernés, tout comme 12 % des salariés du leader du secteur SECURITAS, dont certains ont plus de 25 ans d’ancienneté.

La proposition de SECURITAS lors des négociations annuelles obligatoires traduit bien la politique sociale du secteur : une augmentation de 7 centimes d’euro pour la prime de panier.

La CFDT dénonce depuis plusieurs années l’absence de loyauté dans la négociation au sein de cette entreprise qui écarte toutes les propositions des organisations syndicales en les renvoyant systématiquement vers la branchequi, elle-même, ne s’engage pas.

Le secteur de la prévention sécurité connaîtra un pic d’activité avec l’organisation de l’Euro 2016 et, déjà, nous pouvons craindre une guerre des prix pour la sélection des marchés. Nous ne connaissons pas non plus les conditions d’attribution des cartes professionnelles par le Conseil National des Activités Privées de Sécurité ( CNAPS*).

Pour la CFDT, les difficultés de recrutement dans le secteur doivent interpeller tous ceux qui s’engagent pour l’emploi. La politique du moins disant social a ses limites.

*Le CNAPS est administré par un Collège de 25 membres : 11 représentants de l’État ; un magistrat du parquet général de la Cour de cassation et un membre du Conseil d’État ; 8 personnes issues des activités privées de sécurité ; 4 personnalités qualifiées.

La CFDT déplore que les organisations syndicales n’y soient pas représentées, et ce malgré une demande officielle de la Fédération des Services CFDT.

Tous les droits de reproduction sont réservés.
Syndicat CFDT des Services Basse-Normandie - rue des fréres lumiéres - bureau 25 - 14120 Mondeville (tél. : 06.50.85.16.83)